La cause du Brexit, c’est l’échec de l’Europe numérique et entrepreneuriale

Si les générations X, Y et Z ne sont pas déplacées pour ce référendum, c’est parce que l’Europe n’a aucun rapport avec le monde numérique dans lequel elles évoluent au quotidien. Sans jamais avoir été exprimé de façon consciente pendant la campagne, le décalage est frappant et traduit le désintérêt profond de l’Europe pour l’un des éléments essentiels de la modernité. Comment s’étonner du désengagement des gens pour cet objet administratif et désincarné qui refuse de s’intéresser aux sujets d’aujourd’hui ?

Les analystes du Brexit expliquent le résultat comme la conséquence d’une fracture générationnelle entre les personnes agées et les plus jeunes – les  premiers auraient voté massivement contre, les seconds massivement pour. Mais si l’on regarde les chiffres dans leur ensemble et qu’on s’intéresse aux taux de participation, le désintérêt des jeunes pour ce scrutin est frappant, alors même qu’ils sont supposés être profondément pro-européen.

Cf par exemple ce graphique du Financial Times :

La réalité est que l’Europe ne correspond plus aujourd’hui au quotidien des jeunes générations. En se levant le matin, c’est Facebook qu’ils consultent. Pour discuter avec leurs amis, c’est Twitter ou Snapchat qu’ils utilisent. Pour s’informer, ils font des recherches sur Google. Et pour rentrer de soirée, c’est Uber qu’ils appellent.

Le Digital Single Market ? Il est consacré presque entièrement à des questions qui n’intéresse personne d’autre que les fonctionnaires européens : le roaming – le coût d’un appel quand on passe d’un pays à l’autre, le geoblocking – le droit de regarder la tv de son pays quand on est dans un autre pays, etc.

Les réseaux sociaux ? Les moteurs de recherche ? Les OS ? Le partage de photos ? Le mail ? A part un soutien au moteur de recherche franco-allemand Qwant, l’Europe n’a rien proposé ni rien soutenu depuis près de dix ans.

Quand on parle de l’Europe à un agriculteur, il sait ce que c’est que la PAC.

Quand on parle de l’Europe à un jeune, il va sur Google pour savoir ce que c’est.

Alors que l’Europe est incapable de redéfinir son rôle et sa mission, les Etats-Unis sont aujourd’hui les seuls à proposer une vision impériale, décentralisée et déterritorialisée, permettant à des individus de participer à une grande aventure collective qui les dépasse et les englobe.

Comme l’anticipaient Michael Hardt et Antonio Negri en 2000, le nouveau pouvoir est fondé sur le numérique, centré sur les Etats-Unis. La création des richesses y repose de plus en plus sur un système de production de type biopolitique, investissant et régulant la production de la vie sociale dans son intégralité, tout en avançant caché sous les oripeaux de l’universalisme, de la citoyenneté ou de la paix sociale.

Quel rôle pour l’Europe dans ce nouvel ordre des choses ?

Comme autrefois chez les Romains, on peut être un citoyen avec des droits et des devoirs, ou un barbare exclu de la vie politique et sociale.

Or, être européen aujourd’hui, ne donne pas le sentiment d’être un citoyen de l’empire.

En échouant à aborder ces sujets, en considérant ses citoyens comme de simples consommateurs, l’Europe les a enfermé dans ce qui relève d’une véritable « bulle de servitude » selon l’expression de Umair Haque, un environnement d’objets connectés où plus aucun individu n’a de prise ni sur ses données, ni sur les usages, ni sur les marges, les couts et l’intégration des grandes plateformes dans la société civile.

En se révélant incapable de développer le numérique, l’Europe est devenu sans importance aux yeux des jeunes générations pour qui ce sujet est le sujet principal, celui qui est en train de redéfinir leur rapport au monde et à leurs semblables.

Concrètement, quel débat semble le plus intéressant et le plus à même de susciter de l’engagement ? Celui deconnecté du réel et administratif sur le Brexit ? Ou cet échange simple et direct entre Mark Zuckerberg et Barack Obama sur l’entrepreneuriat ?

C’est d’autant plus dommage que cette perception est sans doute fausse. Sans remonter à la décision prononcée contre Microsoft il y a quelques années, on peut mentionner les millions en fonds FEDER qui financent des PME partout en Europe, l’arrêt Google Spain de 2014 qui a contraint les moteurs de recherche à respecter le droit à l’oubli, ou le règlement européen sur les données personnelles de 2016 qui force la transparence des algorithmes. Les exemples sont nombreux qui montrent que l’Europe pourrait encore avoir son mot à dire.

Sauf que, même si le numérique européen rencontre quelques succès, les marges de manoeuvre de l’administration européenne ou des commissaires sont en fait assez limitées. L’initiative appartient aux gouvernements nationaux, lesquels sont déjà bien en peine de déterminer ne serait-ce qu’un embryon de stratégie numérique pour eux-mêmes.

Le résultat est simple. Comme le fait remarquer un anglais dans un fil de commentaire sur Hacker News, faute d’avoir su prendre en marche le train de l’empire numérique,l’Europe et ses états-membres sont perçus comme anti-numérique et anti-entrepreneuriat : « In terms of startups though, the EU is there to serve big businesses and powerful establishment. It’s there to hinder startups and small businesses. If you’re pro-small business, then you should be excited about the opportunities we have now. »

Autrement dit, faute d’avoir su faire du numérique un projet de société, quel jeune préfère vraiment aller prendre le train pour aller à Bruxelles plutôt que l’avion pour aller à San Francisco ?

 

4 pensées sur “La cause du Brexit, c’est l’échec de l’Europe numérique et entrepreneuriale”

  1. Hello,
    à force de le voir dans ma TL, agrémenté de commentaires élogieux, je me suis dit qu’il était temps de lire ta prose. Et j’avoue que c’est pertinent.

    En fait, il n’y a pas d’apprentissage des institutions Européennes, que ce soit auprès de la jeune génération ou auprès de la plus ancienne.

    Demain ou mardi au plus tard, je mets en ligne les fiches des eurodéputés français et tu sais ce que j’ai vu ? Qu’il y avait une vingtaine de commissions, aux thématiques très diverses mais aucune consacrée au numérique. On en a une sur la pêche, une sur les pétitions, une sur le marché intérieur et la protection des consommateurs, donc des sujets très concrets mais rien consacré au numérique, ni dans les commissions ni dans les délégations.

    L’autre point est que les institutions européennes, personne n’y comprend rien et personne ne rend la chose accessible. Résultat : des caricatures sur l’UE, des résultats de participation désastreux – une des MEPS Française a été élue avec 2,45% des inscrits – et une absence de participation.

    Dommage d’en arriver là parce que le travail de pédagogie et d’ouverture n’a jamais été fait.

    1. Mais si les sujets importants y étaient traités, est-ce que les gens ne se forceraient pas un peu plus à essayer de comprendre comment ça fonctionne ? Quand on eu l’occasion de se pencher un peu dessus, ça n’est pas si compliqué finalement.

  2. Le numérique n’est pas discuté en tant que tel. Il est pris en compte dans sa partie infrastructure, protection des données et ensuite dans les commissions Métier ou suivant les axes de recherche définis collégialement (voir les programmes de recherche https://ec.europa.eu/programmes/horizon2020/).
    On peut citer, dans le domaine du transport : ERTICO (http://ertico.com/projects/digital-transport-logistics-forum/) ou le transport intelligent (http://ec.europa.eu/transport/themes/its/consultations/2015-its-mmtips_en.htm).
    Je citerais enfin « the Entrepreneurship 2020 Action Plan » (http://ec.europa.eu/growth/smes/promoting-entrepreneurship/action-plan/index_en.htm) et ERASMUS qui touchent bien les jeunes.
    La vrai cause du brexit, c’est l’EUROPE bashing qui est effectif depuis des années, de nos politiques « modérés » et des extrêmes. Par contre quand les pays du golfe et la chine (club-med détenu par un fond chinois, raid en cours sur Accor) rachète les actifs français, personne ne s’indigne. Quand la BCE fait tourner la planche à billet, personne ne s’indigne non plus.

    1. Aucun de ces programmes n’a abouti à créer un numérique des usages européen. C’est très cool de s’occuper des infrastructures ou du transport, mais ce qui serait encore mieux, c’est de s’occuper de la façon dont les gens discutent et se partagent des photos, ce qui relevait autrefois du téléphone et de la poste.

Laisser un commentaire