After throttling the development of Facebook, Twitter or Google, China launches a record IPO in the US with Alibaba

An Insider’s Account of the Yahoo-Alibaba Deal - Sue Decker - Harvard Business Review

The NYT has a nice article on China and its war with foreign Web giants. The US were the main target as Facebook and Twitter have been censored for a long time. And Google’s market share in China was reduced to 1,7% in 2013. But it also target other countries such as South Korea with Line and Kakao Talk being brutally blocked this summer.

And now…China has produced many highly successful web businesses and Alibaba is having a record IPO in NYC.  Funny.

For those interested, the story of the IPO is a fascinating read in HBR – An Insider’s Account of the Yahoo-Alibaba Deal

Une réflexion sur « After throttling the development of Facebook, Twitter or Google, China launches a record IPO in the US with Alibaba »

  1. L’entrée d’Alibaba en bourse va lui permettra de gagner en visibilité internationale et servira surtout à financer son développement international, aux Etats-Unis et dans d’autres pays. Pourtant c’est bien sa position de leader sur le marché chinois qui a séduit les investisseurs : ce groupe enregistré aux les Caïmans est pionner du e-commerce chinois (sa part de marché a été estimée à environ 80% : chiffre d’affaires de 4,7 milliards de dollars pour un résultat net de 1,35 milliards de dollars). Le résultat d’introduction en bourse est très positif : valorisation d’Alibaba à 168 milliards de dollars qui devient l’une des 40 plus grosses sociétés mondiales cotées. Aussi le cours a augmenté de 38% lors du premier jour d’échange et avec une capitalisation boursière de 231 milliards de dollars (180 milliards d’euros), à la fin du premier jour, Alibaba vaut plus qu’Amazon et Ebay combinés !

    En revanche, plusieurs risques spécifiques à cette IPO peuvent être identifiés. D’une part, on a la valorisation initiale d’Alibaba qui représentait les bénéfices de 2013 multipliés par 41. Toutefois, ce risque doit être nuancé étant donné que c’est beaucoup moins extrême par rapport à Amazon où c’était 600 fois. Un risque plus important c’est le risque lié au montage financier et juridique destiné à éviter l’application de la réglementation chinoise (interdiction des investissements étrangers dans le secteur de l’internet chinois, illégalité de la structure V.I.E). Ils sont nombreux à s’interroger sur la légalité de la démarche en Chine. En outre, on a toujours à l’esprit l’exemple des créanciers du fabricant de panneaux solaires Suntech Power Holdings, société chinoise cotée à Wall Street et domiciliée aux îles Caïmans, qui n’ont jamais pu saisir des actifs de la société placée en liquidation judiciaire. La protection des investisseurs en Chine est très faible.

    Toutefois, à la lecture des critiques on s’aperçoit que cette opération d’introduction en bourse a fasciné tout le monde et a été présentée comme une énorme réussite. Une chose est certaine, il s’agissait d’un choix stratégique très pertinent d’introduire Alibaba, jusqu’alors inconnue au monde occidental, en bourse aux Etats-Unis.

Répondre à Chutrova Annuler la réponse.